· 

«La bienveillance et l'approche humaine sont deux formules gagnantes en pédagogie avec les enfants»

 

Régulièrement, je vous propose un portrait, une interview, une rencontre avec un.e praticien.ne en philosophie pour enfants. Une personnalité singulière qui fait la richesse du métier d’anim’ d’ateliers philo-enfants.

Mais pourquoi ?

Pour le plaisir de découvrir, d’abord, et ensuite pour s’enrichir d’expériences, d’outils, d’idées.

 

Le monde de la philo pour enfants est très jeune et très dynamique, de nouvelles « pousses » fleurissent chaque semaine, de nouvelles personnes souhaitent se lancer dans l’aventure et se forment. Alors, ces portraits ont aussi pour vocation de les aider dans ce long et passionnant cheminement.

 

Philosophie pour enfants. Dalila Assefsaf.

  

 

Aujourd’hui, j’ai le plaisir d’interviewer Dalila Assefsaf, animatrice et fondatrice des "Têtes bien faites" à Montréal

 

Julien: Parle-nous de toi. Comment es-tu entrée dans le monde de la philo pour enfants ?

Dalila: Je m'appelle Dalila Assefsaf, je suis pédagogue depuis plus de 15 ans et maman d'une petite fille, j'ai enseigné dans plusieurs écoles, dont une école internationale anglophone, où il était inscrit sur la porte de ma classe « special class ».

Cette classe était en effet bien spéciale, car je prenais en charge les enfants qui n'arrivaient pas à suivre le programme avec leurs camarades pour différentes raisons (trouble de l'attention, gestion de la colère, méconnaissance de l'anglais...). Ces élèves pouvaient regagner leurs classes après quelques semaines d'apprentissage avec moi.

Le point en commun de tous ces enfants c'est qu'ils répondaient positivement à une approche bienveillante, et au fait d'être traités comme des personnes à part entière, et d'être écoutés afin de pouvoir pallier à leurs besoins efficacement.

Mon expérience terrain m'a appris, entre autres, que la bienveillance et l'approche humaine sont deux formules gagnantes en pédagogie avec les enfants, quels que soient leurs origines, leurs confessions et leurs besoins cognitifs.

En 2017, j'ai découvert le livre de Frédéric Lenoir : Méditer et philosopher avec les enfants, j'ai eu un coup de foudre et une révélation!

Je me suis lancée dans les ateliers de philosophie immédiatement dans la classe de ma fille et par chance Frédéric Lenoir venait lancer sa fondation au Québec, j'ai fait partie de la première cohorte, j’ai tout de suite commencé à offrir les ateliers de méditation de pleine conscience et de philosophie chaque semaine dans des classes de primaire. J’ai offert une année entière bénévolement après laquelle, conquise par cette pratique, la direction de l’école m’a engagée sous contrat, aujourd’hui j’ai un partenaire de taille qui finance les ateliers méditation-philo dans deux écoles et ça augure vraiment bien pour le futur !

La réponse positive des enfants est tellement frappante que c'en est fascinant!

J'ai vu des enfants très réticents dans un premier temps, adopter la méditation de pleine conscience et me dire qu'ils ne pensaient pas que méditer c'était si cool!

J'ai complété ma formation en m'inscrivant aux cours de philosophie pour enfants à l'université Laval, dirigés par le professeur Michel Sasseville (www.philoenfant.org).

Ainsi qu'aux formations MBSR (mindfullness based stress reduction) à l'UDEM et L'UQÀM.

C'est ainsi que, prise par les tripes par cette pratique en laquelle je vois un potentiel incroyable, j'ai décidé de fonder « Les têtes bien faites » et de faire rayonner les ateliers de méditation-philo partout où je passerai !

 

Pratiques-tu une méthode particulière ?

Je suis très inspirée par le père de la philo pour enfants Mathew Lippman mais j’adopte ma méthodologie en fonction de l’âge des enfants et du cadre dans lequel l’atelier est offert dans une bibliothèque ou dans une école, etc. Le support de départ peut être aussi bien une histoire, une image, un film, je suis convaincue qu’on peut philosopher à partir de tout.

Je pratique la méthode de Frédéric Lenoir lorsque je travaille avec des petits de 4 à 7 ans, c’est-à-dire que je lance le dialogue philosophique en posant une question pour ensuite suivre le fil de leurs idées et de leur propre questionnement…

À partir de l’âge de 8 ans, j’apprends aux enfants à poser leurs propres questions à partir d’un thème ou d’un support choisi.

Je pratique également la méthode de Michel Tozzi lorsque je travaille avec des ados, je trouve que les règles et les fonctions prennent place plus facilement.

Dans tous les cas, je finis les ateliers avec une phase artistique, dessin, mime, création 3D, à travers laquelle chaque enfant a la chance d’exprimer ce qu’il a vécu, ressenti lors de l’atelier d’une autre façon que la parole, et très souvent des enfants qui paraissent peut-être déconnectés ou qui n’ont pas participé à l’étape orale, nous étonnent avec des dessins percutants de pertinence. Aller chercher le côté holistique en prenant l’enfant dans sa globalité est selon moi essentiel.

 

Quels sont tes thèmes de prédilection ?

Tous, mais en démarrant toujours par faire le tour des émotions. Parce que ça pose les fondations mêmes de ce pour quoi on fait les ateliers, pour un savoir-être et un vivre ensemble il faut apprendre à se connaître et à gérer ses émotions avant tout.

Et comme j’intègre la méditation au début de chaque atelier, ça leur donne un outil supplémentaire à intégrer dans leur vie.

 

Quels outils utilises-tu le plus souvent ?

Les Philo-fables de Michel Piquemal. Le Petit Prince. Les fables de Khalil Gibran. Beaucoup de littérature jeunesse aussi.

 

Qu’est-ce que ce métier t’apporte sur le plan personnel ?

Ça fait de moi une meilleure personne, une meilleure maman, le même travail que je fais avec les personnes dans mes ateliers (petits ou grands) je le fais dans ma vie personnelle. J’ai appris à plus écouter, à moins être dans le jugement mais plutôt dans l’Interprétation qui reste toujours ouverte et surtout j’ai acquis beaucoup d’humilité ce qui me permet d’apprendre des enfants et de mes collègues en général.

 

Quelles sont les principales difficultés de ce métier ?

Je pense que le plus délicat reste la gestion des enseignants ou des intervenants qui assistent aux ateliers principalement en milieu scolaire, lorsqu’ils interviennent en pensant bien faire et qu’ils influencent la conversation ou encore donnent des réponses qu’ils aimeraient entendre de la part de leurs élèves, du coup on perd notre travail de fond, car en atelier philo le plus important ce n’est pas d’entendre de belles réponses, mais le cheminement de la pensée afin d’acquérir une pensée critique, créative et attentive. Ça finit toujours bien, car l’enseignant le comprend avec le temps et je ne leur jette pas la pierre, c’est quelque chose que moi-même j’ai dû acquérir à force de pratique et d’autocorrection.

On est tellement habitués dans la posture de l’enseignant ou de l’adulte en général de donner un enseignement au lieu d’accompagner la pensée de l’enfant en le laissant autonome que c’est difficile de fonctionner autrement.

Ça nous rappelle juste qu’on ne peut pas s’improviser animateur philo.

 

Selon toi, quelles qualités doit avoir un.e anim’ d’ateliers philo pour enfants ?

La liste est longue, mais l’humilité, la neutralité et le non-jugement sont certainement les qualités les plus importantes avec une approche bienveillante évidemment.

 

Parmi la longue liste des valeurs transmises par la pratique philosophique, quelle est la plus importante pour toi ?

L’ouverture d’esprit, le sens critique et l’écoute attentive. Apprendre à faire et à accepter une critique raisonnable en n’attaquant pas la personne je trouve que c’est fabuleux et ça sert aux enfants dans tous les aspects de leur vie.

 

As-tu un souvenir d’atelier, une anecdote, une réflexion d’enfants qui t’ont marquée et que tu voudrais partager avec nous ?

J’en ai vraiment plusieurs selon les thématiques, mais la plus marquante, qui m’a émue, c’était lorsque, dans une classe de 1ère année primaire, après avoir offert depuis le début de l’année un atelier par semaine, à la fin de l’année scolaire la magie a opéré, probablement parce que les enfants grandissaient… Lors de leurs échanges, ils sont passés d’un raisonnement de premiers degrés à une réflexion bien plus profonde de seconds degrés. L’enseignante et moi, nous nous sommes regardées et j’en avais les larmes aux yeux. J’avais appris en théorie et d’après des études de neurosciences que l’âge de raison n’était pas un mythe et qu’autour de l’âge de 7 ans le cerveau arrivait à une certaine maturation qui fait qu’on peut parler d’une préparation à la philosophie avant 7 ans et de philosophie en tant que telle après 7 ans, et là je l’avais vécu en les suivant tout au long de l‘année.

J’adore aussi les voir poser des questions ou y répondre et, au fil du déroulement de l’atelier, ils changent d’avis ou encore arrivent à se répondre eux-mêmes grâce aux échanges de réflexions.

Une fois, lors d’un atelier sur le thème du bonheur en classe de 6e année primaire, on est arrivés à se demander si l’argent fait le bonheur, et une élève nous a dit : « Vous avez raison, l’argent ne fait pas forcément le bonheur, mais quand on peut pas s’acheter de savon, ça pique et c’est pas agréable ». Une atmosphère de compassion et de partage a pris place dans le groupe, c’en était émouvant.

Une autre fois toujours, sur le thème du bonheur, dans une classe de 1ère année primaire, une petite fille a répondu à ses amis que le bonheur c’était d’apprécier ce qu’on a déjà, sinon on voudrait toujours un nouveau jouet et encore et encore.

Saint Augustin était parmi nous ce jour-là !

Sur le thème de l’anneau de Gygès, une petite fille de 8 ans a lancé : « Moi, si j’avais un pouvoir magique, je mettrais Trump en prison et j’offrirais des iPhones à toute la classe. » Tous ses amis se sont levés et l’ont applaudie !

 

As-tu quelque chose à ajouter ?

Je rêve d’un monde de demain plus inclusif et plus tolérant où les adultes pourront discuter de politique, religion et de sport sans se disputer ! Ce monde-là est réalisable grâce à des enfants qui philosophent aujourd’hui.

Et comme on est de plus en plus nombreux à y travailler si fort, et que les soutiens des parents et de plusieurs partenaires se concrétisent chaque jour, j’ai bon espoir que ce rêve se réalise un jour !

 

 

Propos recueillis par Julien Lavenu pour LaboPhilo, 2019.

 

Dalila Assefsaf intervient à Montréal (Canada).

Pour la joindre, rendez-vous sur son site, "Les têtes bien faites" : 

Cliquez ici

 


Philosophie pour enfants. Pédagogie. Education bienveillante. Education positive.

LaboPhilo publie des livres, des jeux et des kits pour animer, se former et aussi s'amuser dans les domaines de la philo pour enfants et de la pédagogie bienveillante.

Disponibles sous format papier ou sous fichiers numériques.

 

Visiter la librairie

Commander un fichier

Écrire commentaire

Commentaires: 0
Philosophie pour enfants. Pédagogie. Education bienveillante. Education positive.

LaboPhilo publie des livres, des jeux et des kits pour animer, se former et aussi s'amuser dans les domaines de la philo pour enfants et de la pédagogie bienveillante.

Disponibles sous format papier ou sous fichiers numériques.

 

Acheter un livre

Commander un fichier


En librairie...


Retrouvez LaboPhilo sur Facebook:

Plus d'informations

LaboPhilo propose des ateliers de philosophie pour tous publics, des formations pédagogiques pour les animateurs et des actions citoyennes sur Lille et la métropole lilloise.

labophilo@outlook.fr